Delta-du-danobe.jouwweb.nl
Home » Flore et Faune » Oiseaux » Autres oiseaux » Moineau Domestique

Moineau Domestique                    

Le Moineau domestique (Passer domesticus) est une espèce de petits passereaux très communs dans la plupart des parties du globe : originaire du bassin méditerranéen et d'une grande partie de l'Asie, ce moineau a été introduit accidentellement ou volontairement dans beaucoup d'autres régions du monde, en faisant l'oiseau à l'aire de répartition la plus vaste. Il côtoie largement l'humain avec lequel il entretient souvent une forte relation de commensalisme. C'est un oiseau assez trapu, massif, au plumage en teintes de brun et de gris.

Il se nourrit majoritairement de céréales et autres graines, mais sait s'adapter et tirer profit d'autres opportunités, consommant divers invertébrés, les insectes en premier lieu, qui servent par ailleurs d'alimentation de base aux oisillons.

Le Moineau domestique porte plusieurs appellations populaires, comme « pierrot » ou « moineau franc ». La première de ces deux appellations date de 1693, où Jean de La Fontaine présente dans sa fable Le Chat et les deux Moineaux un jeune moineau du nom de Pierrot, forme hypocoristique de Pierre. Comme d'autres petits oiseaux, il porte le surnom de « piaf », dont l'origine incertaine remontant au XIXe siècle pourrait venir de l'onomatopée piou utilisée pour imiter le cri de l'oiseau. Son nom de « moineau » vient probablement des moines avec lesquels il partage son plumage semblable aux robes de bure ainsi qu'une calotte grise rappelant la tonsure des ecclésiastiques.

Le nom vernaculaire français et le nom scientifique ont la même signification. Le mot latin passer désigne de petits oiseaux vifs, avec une acceptation plus large mais rapprochée du terme « moineau ». La dénomination spécifique, domesticus en latin et « domestique » en français fait référence au lien étroit entre l'oiseau et l'homme, sa relation de familiarité.

Le Moineau domestique mesure de 14 à 18 cm, mais généralement entre 16 et 16,5 cm[, pour une envergure deux fois plus grande. Les adultes pèsent une trentaine de grammes, de 24 à 39,5 g, les femelles étant en moyenne un peu plus petites que les mâles. Les mâles sont plus gros durant l'hiver et les femelles lors de la saison de reproduction. Conformément à la règle de Bergmann, les oiseaux des latitudes inférieures sont plus petits, que ce soit entre sous-espèces ou au sein de l'une d'elles, comme c'est le cas en Amérique du Nord. Les oiseaux des altitudes plus élevées ont tendance à être plus grands. La tête est grosse et ronde, la queue courte, et le bec conique est court et fort.

Le plumage du Moineau domestique est principalement coloré en nuances de gris et de brun. Le dimorphisme sexuel est très marqué, notamment durant la saison de reproduction, les femelles et les jeunes étant de couleur beige-chamois, et le mâle arborant des couleurs au contraste plus marqué, notamment au niveau de la tête.

 

En plumage nuptial, le mâle a une couronne grise bordée d'un brun sombre aux reflets châtains recouvrant les yeux et allant jusqu'à l'arrière le cou, ainsi qu'une bavette noire se noyant progressivement dans la poitrine. Un point presque blanc se trouve à l'arrière de l'œil ; le bec est gris sombre, les joues comme le ventre sont gris pâle et les côtés du cou sont blancs. Le haut du dos est brun chaud, strié de noir, tandis que le bas du dos, le croupion et la base de la queue sont gris-brun. Les épaules (plumes scapulaires) sont châtain, les ailes aux couleurs boisées sont parcourues par une barre alaire blanche ; la queue est marron foncé. En dehors de la saison de reproduction, le mâle est plus terne marqué de chamois sur de nombreuses plumes et perd sa bavette noire. Le passage en plumage nuptial ne se fait pas via une mue mais par l'usure naturelle des plumes.

 

Femelles et jeunes sont très similaires, le détail purement morphologique permettant de les distinguer étant les commissures du bec encore jaunes — parfois roses — du jeune oiseau qui contrastent avec le reste du bec. Ils ont un plumage plus cryptique que le mâle, c'est-à-dire sans les zones sombres de ce dernier et globalement plus grisâtre, les parties supérieures striées de brun. Le bec des femelles est brun clair, tout comme les pattes. Le sommet de la tête est brun grisâtre et l'œil est surmonté d'un sourcil gris chamoisé.

Le plumage varie légèrement parmi la douzaine de sous-espèces que compte le Moineau domestique. Celles-ci sont réparties en deux grands groupes : le groupe indicus rassemblant les oiseaux de répartition orientale, le groupe domesticus les espèces du Paléarctique. Les oiseaux du groupe domesticus ont les joues grises, alors que ceux du groupe indicus les ont blanches, ainsi qu'une couronne plus claire, un bec plus petit et la bavette noire des mâles plus longue. La sous-espèce Passer domesticus tingitanus diffère peu de la sous-espèce type (P. d. domesticus), mais lorsque le plumage nuptial du mâle s'use, la tête est tachetée de noir et les parties inférieures sont plus pâles. P. d. balearoibericus est légèrement plus pâle que domesticus, mais plus sombre que P. d. bibilicus. P. d. bibilicus est plus pâle que la plupart des sous-espèces, mais a les joues grises des oiseaux du groupe domesticus. Le similaire P. d. persicus est plus pâle et plus petit, et P. d. niloticus est presque identique mais encore plus petit. Parmi les sous-espèce les moins répandues du groupe indicus, P. d. hyrcanus est plus grande que P. d. indicus, P. d. bactrianus est plus grande et plus pâle, P. d. parkini est plus grande et plus sombre avec plus de noir sur la poitrine que n'importe quelle autre sous-espèce, et P. d. hufufae est plus pâle